Awesome poetry things

The same hand which wrote Mouvement also wrote Nos fesses ne sont pas les leurs. Brilliant art things, honestly.

Here’s Mouvement:

Le mouvement de lacet sur la berge des chutes du fleuve,
Le gouffre à l’étambot,
La célérité de la rampe,
L’énorme passade du courant
Mènent par les lumières inouïes
Et la nouveauté chimique
Le voyageurs entourés des trombes du val
Et du strom.

Ce sont les conquérants du monde
Cherchant la fortune chimique personnelle;
Le sport et le confort voyagent avec eux;
Ils emmènent l’éducation
Des races, des classes et des bêtes, sur ce Vaisseau.
Repos et vertige
A la lumière diluvienne,
Aux terribles soirs d’étude.

Car de la causerie parmi les appareils,—le sang, les fleurs, le feu, les bijoux—
Des comptes agités à ce bord fuyard,
—On voit, roulant comme une digue au delà de la route hydraulique motrice,
Monstrueux, s’éclairant sans fin,—leur stock d’études;
Eux chassés dans l’extase harmonique
Et l’héroïsme de la découverte.

Aux accidents atmosphériques les plus surprenants
Un couple de jeunesse s’isole sur l’arche,
—Est-ce ancienne sauvagerie qu’on pardonne?—
Et chante et se poste.

My favorite part, translated:

The swaying motion on the bank of the river falls,
The chasm at the sternpost,
The swiftness of the hand-rail,
The huge passing of the current
Conduct by unimaginable lights
And chemical newness
Voyagers surrounded by the waterspouts of the valley
And the current.

…..

 

And here’s Nos fesses ne sont pas les leurs:

Nos fesses ne sont pas les leurs. Souvent j’ai vu
Des gens déboutonnés derrière quelque haie,
Et, dans ces bains sans gêne où l’enfance s’égaie,
J’observais le plan et l’effet de notre cul.

Plus ferme, blême en bien des cas, il est pourvu
De méplats évidents que tapisse la claie
Des poils ; pour elles, c’est seulement dans la raie
Charmante que fleurit le long satin touffu.

Une ingéniosité touchante et merveilleuse
Comme l’on ne voit qu’aux anges des saints tableaux
Imite la joue où le sourire se creuse.

Oh ! de même être nus, chercher joie et repos,
Le front tourné vers sa portion glorieuse,
Et libres tous les deux murmurer des sanglots ?

 

My favorite part, translated:

Our assholes are different from theirs. I used to watch

young men let down their pants behind some tree,

and in those happy floods that youth set free

I watched the architecture of the crotch.

Quite firm, in many cases pale, it owes

its form to musicians, and a wickerwork

of hairs; for girls, the most enchanting lurk

in a dark crack where tufted satin grows.

<3 Rimbaud

*That’s it, I just dropped this here. No analysis whatsoever.

Say something back.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s